Par deborah11 Fév. 2021

La robe lunaire : Pièce mode engagée

Les odeurs de Santal, les lueurs des feux d’artifice, les couleurs des fleurs c’est ce dont se souvient Davy du nouvel an. Une fête vietnamienne précieuse vue à travers les yeux d’un petit garçon de 11 ans animé par ses rêves.

Le têt, que l’on traduit par “fête” marque le début de la nouvelle année lunaire au Viêt Nam, une journée spéciale pour tous les Vietnamiens. « J’entame une nouvelle carrière au sein de mon entreprise. Avant cette année, j’officiais encore au four et moulin, avec le soutien de mes 13 collègues, j’ai la chance de pouvoir faire ce qu’un chef d’entreprise spécialisé dans la mode se doit de faire ; proposer une direction stratégique et créative.

Dao c’est la réalisation d’un de mes rêves mais c’est également une recherche d’identité. Même si cela fait 15 ans que je vis et que je travaille à Nancy, on ne peut pas dire que mon visage soit typiquement Lorrain ». Ceux qui le suivent ou suivent la marque connaissent un peu l’histoire et les origines du créateur. Pour tous les autres, vous le découvrez. « Avec la robe lunaire, je veux renouer avec qui je suis et avec qui je veux être. Vous l’aurez compris, ma quête d’identité passera par le Viêt Nam. »

ENTRE TRADITION & SAVOIR-FAIRE

Le projet que l’équipe Dao vous présente aujourd’hui est l’interprétation d’une robe traditionnelle que les jeunes filles et femmes portent au Viêt Nam. Au pays, on l’appelle Áo dài ou prononcé avec l’accent du sud « Ao yaï ». Les femmes la portent lors de cérémonies officielles (conférence, mariage) et certaines écoles la font porter aux jeunes filles comme uniforme chic. Cette tenue se décompose en 2 pièces; une tunique associée à un pantalon ample taille haute. La tunique est fendue très haut sur les côtés, le triangle visible que forment la tunique fendue et le pantalon taille haute est appelé ; le triangle de l’émotion. C’est une manière de souligner les formes féminines. Au Vietnam, l’ao dài c’est suggérer sans presque rien montrer. C’est un peu comme le décolleté en France.

Lors du développement de cette robe nous voulions vous proposer une tenue dans la continuité de ce que nous faisons déjà chez Dao. Habituellement, cette tenue traditionnelle est confectionnée avec des tissus en soie et est souvent de couleur très vive. Pour cette création unique, nous avons choisi un bleu nuit uni intense et légèrement satiné composé à 96% de coton biologique et 4% d’élasthanne. En tant que spécialistes du pantalon en jeans, le bleu est évidemment notre couleur fétiche. Comme nos jeans, cette robe a été dessinée, patronnée, coupée et fabriquée dans notre Grand Atelier situé aux portes de Nancy. Ce projet est l’aboutissement d’un ressenti et d’une direction que Davy Dao a initié. Quelques coups de crayons, quelques clics et de fil en aiguille et l’ équipe réussi à traduire cela à travers un vêtement et des visuels.

               

MODE ENGAGEE

Cette robe n’a pas vocation à être commercialisée en l’état, c’est une sorte de manifeste voire un symbole, une façon de vous montrer vers quoi la marque veut tendre. Depuis ces débuts, Dao représente pour beaucoup d’entre nous la qualité, la fabrication française et le savoir-faire de proximité.

Avec ce manifeste, il est question de pousser plus loin la notion de valeur en y associant un nouvel engagement. « Aujourd’hui, voir un asiatique à la tête d’une maison Française défendre le « made in France »  est plutôt rare. La notoriété grimpante autour de Dao et la visibilité qu’elle m’offre me donne envie de m’exprimer sur des sujets qui me touchent personnellement. Suite à la crise sanitaire, beaucoup d’amis se sont sentis stigmatisés que ce soit dans sur les réseaux sociaux ou dans la rue et malheureusement certains ont été victimes d’agressions. Il est important de les dénoncer et cela doit s’accompagner d’un peu de prise de hauteur. Face à ce qui se passe, j’ai choisi avec Dao d’amener une certaine forme de pédagogie. En créant. 

Les diasporas asiatiques en France ont toujours été très discrètes, très peu visibles dans les médias, on m’a appris très tôt à ne pas faire de vague. Mais la robe lunaire est un mélange à la fois doux et puissant d’origine, une partie de la tradition vietnamienne s’exprime à travers une réalisation française. J’ai toujours dit que la discrétion ne valait pas intégration. Aujourd’hui plus que jamais, il faut nous ouvrir, nous mélanger, partager nos histoires avec le monde. En toute honnêteté, je n’ai pas de point de repère, pas de méthode sortie d’un bouquin et comme à notre habitude chez Dao, cela sera une première. »

Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *