Par Davy18 Juin. 2017

Qu'est ce qu'un pantalon chino ?

Beaucoup d’entre vous rentrent dans notre boutique et se demandent ce qu’est un chino, ce terme n’étant que rarement utilisé ; ou alors vous l’avez déjà entendu, mais vous ne savez pas à quoi cela correspond exactement. Nous devons vous avouer que nous étions nous-mêmes un peu perdus au début. Désormais nous travaillons le pantalon chino depuis 2017, l’occasion de vous donner plusieurs informations et explications qui nous semblent pertinentes sur ce qu’est un chino.


« L’histoire se complique un peu… »

La définition d’un pantalon chino peut sembler assez floue quand on se réfère à la multitude d’informations qu’il est possible de trouver. On peut lire ici et là que ce pantalon en toile a été créé pour des besoins militaires au milieu du XIXième siècle par des colons britanniques stationnés en Inde.

La couleur de base, le beige, permettait aux troupes de se fondre dans un environnement sablonneux, pour ne pas être repérés. Cette même couleur en pendjabi (et aussi en vietnamien) se dit « Khaki ». Ce pantalon s’appelait donc originellement un khaki.

                                                     

Quand on sait que le beige se dit khaki et que ces pantalons militaires n’étaient fabriqués ni en Inde ni en Angleterre, on comprend tout de suite que l’histoire va mal partir… Alors, maintenant, nous vous posons la question, pourquoi est-ce qu’un pantalon en khaki, c’est-à-dire en beige, utilisé par des Britanniques en Inde s’appelle un chino ?

On vous passe l’histoire des voyages de Davy au Viêt-Nam au début de sa carrière, échouant justement à se faire comprendre sur la fabrication d’un « chino » que l’on appelle là-bas un « khaki ». Bref, dialogue de sourd auquel nous venons de répondre aujourd’hui !

Si en Europe nous appelons ce pantalon un chino c’est parce qu’à l’époque, il était tout simplement fabriqué en Chine. Chine, chinois, chino, vous voyez le rapport ?

« Décoder les codes du chino »

Pour fabriquer un chino en France, il suffit de reprendre les codes du pantalon khaki originel. Même si celui-ci a beaucoup évolué, il garde certaines caractéristiques qui lui sont propres. Si vous pensez que la couleur beige ou la coupe droite sans pinces permet de décrire un pantalon comme un chino, vous avez tout faux (désolés).

D’abord, sachez que si une marque vous vend un chino sous prétexte qu’il est fabriqué à partir de tissu en sergé, c’est un peu trop simpliste. Le sergé est un style d’armature, c’est-à-dire la façon dont les fils se croisent. Il se compose d’un fil de trame et d’un fil de chaîne qui peuvent être de même couleur ou de couleur différente… comme pour un jeans ! Une toile en sergé décrit donc une multitude de tissus différents : un denim, un tissu en coton, un tissu en viscose, un tissu en laine… La liste est longue !

Sur ces Jeanots par exemple, tout est en sergé

Sur ces Jeanots par exemple, tout est en sergé

Pour briller en soirée, il suffit donc de dire qu’un chino ne se reconnaît pas à sa toile en sergé mais à la confection des pièces du pantalon. La description d’un chino est simple : il se distingue par ses poches à l’italienne, ses poches passepoilées et ses passants. Ne vous en faites pas, on ne vous abandonne pas comme ça. On vous explique ces 3 spécificités plus en détails :

 Les poches à l’italienne

Pour commencer la description de votre pantalon de ville, vous devez mentionner ses fameuses poches coupées, appelées poches à l’italienne.

La poche à l’italienne est cousue entre la ceinture et la couture de côté. Elle se compose d’un empiècement de hanche dans le même tissu que le produit et d’un fond de poche appelé aussi doublure dans une matière différente. L’assemblage de ces deux pièces vient créer une poche coupée très pratique.

Si elle est si utilisée dans le milieu de la mode (et dans la confection des chinos) c’est tout simplement parce qu’elle offre une facilité d’accès pour la main bien plus grande que les autres poches. Et en plus, elle est esthétique !

La poche est ajoutée en cours de confection et non rajoutée à la fin tout simplement parce qu’elle est « prise » dans la ceinture. D’où la finition impeccable.

Les poches passepoilées

Pour être un véritable expert du chino, il est impératif de mentionner les poches passepoilées.

Ces poches sont l’inverse des poches
plaquées
. Plus complexes à travailler, elles sont ajoutées depuis l’intérieur du pantalon.

Promis, on vous passe le cours de couture et on passe à l’explication technique. Pour faire simple, la poche passepoilée est une poche composée de 1 ou 2 passepoils créant une ouverture avec une fente.

Elle est souvent fermée, puisqu’elle s’apparente davantage à une finition qu’à une poche. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle est généralement placée sur des vestes ou des pantalons de costumes.

 

 

 

Les passants

Rien ne ressemble plus à un passant de pantalon qu’un autre passant de pantalon vous nous direz. C’est vrai, mais comme l’a si bien dit l’un de nos clients la semaine dernière « le diable se niche dans les détails ». Et là en l’occurrence, le diable c’est le chino parfait et les détails ce sont les petits passants placés autour de votre ceinture.

Pour trouver le véritable chino, il faut que les passants soient plus fins que sur des pantalons traditionnels et rabattus sous la ceinture. Ils sont directement cousus au pantalon avant la pose de la ceinture puis fixés par un dernier point d’arrêt pour un rendu plus propre.

« Un chino en denim selvedge français »

Il y a quelques années, nous avions lancé le chino en denim Stanislas, que vous aviez plébiscité. Fabriqué dans notre atelier à Nancy, il était tissé à Montbéliard sur un authentique métier à navettes, à découvrir ici. La coupe du nouveau modèle reprend les codes du modèle denim Stan, comme on le nomme plus singulièrement à l’atelier.

Il est tissé dans les Vosges cette fois-ci et la fabrication est toujours 100% nancéienne. Découvrez le chino en kaki et sable sur DAODAVY.COM

Le chino en jeans a, lui aussi, tous les codes d'un chino traditionnel

Le chino en jeans a, lui aussi, tous les codes d’un chino traditionnel

 

Commentaires

          Laisser un commentaire

          Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *